Faire de la récup et découvrir Line Vautrin par la même occasion

Classé dans : Blog | 0

Récemment, j’ai chiné – sans savoir ce sur quoi je tombais mais avec l’intention première d’intégrer la chose à un futur assemblage – une petite broche de Line Vautrin. Grâce à quelques recherches internet, j’ai compris rapidement que ma trouvaille était fort intéressante.

Quelques mots sur la découverte de cette grande artiste française qu’était Line Vautrin (1913–1997).  Elle fut une créatrice dont l’œuvre a marqué le monde de la joaillerie et de la décoration. Même si son nom n’est pas aussi connu du grand public que certains de ses contemporains (voir plus bas), elle laisse derrière elle un héritage artistique très significatif.

Originaire de Paris et fille de bronzier d’art, Line Vautrin a débuté très jeune sa carrière – avant même sa majorité – dans les années 1930. Son travail a attiré l’attention grâce à son approche moderniste et son utilisation originale des matériaux tel que le bronze. Elle est notamment à l’origine de la création du talosel, un matériau obtenu en en mélangeant de la poudre de coquillage avec un liant en résine. Ce matériau, un peu similaire à la bakélite, lui permettait de décorer une large partie de ses réalisations.

Line Vautrin a acquis une renommée particulière pour ses boîtes à miroirs, véritables petites œuvres d’art. Chaque pièce était unique, ornée de motifs complexes et témoignait d’une habileté remarquable de sa part. Ces boîtes à miroirs sont aujourd’hui prisées par les collectionneurs du monde entier. Si vous en repérez une, un jour, surtout ne la laissez pas passer…

Elle est connue aussi pour avoir créé des miroirs qui ressemblent à des soleils, souvent de petite taille mais d’une grande complexité. Ces miroirs – très recherchés – présentent la plupart du temps des encadrements en bronze doré, finement ciselés avec des motifs géométriques.

L’art de Line Vautrin se caractérise par une combinaison d’esthétique moderne et de références historiques (Art antique, Médiéval, Art Déco).

Malgré son impact sur le monde de l’art et du design, Line Vautrin est restée relativement discrète tout au long de sa vie et son œuvre – sortie désormais du domaine des connaisseurs – impressionne tous ceux qui découvrent son talent.

Je me demande si un jour je trouverai à nouveau une création de Line Vautrin, une boîte ou un miroir à un prix abordable… Je vous laisse découvrir la côte de ses créations.

Pour l’heure, j’ai décidé que ma petite broche intitulée « L’Eclipse du Soleil » ne sera pas collée ou clouée parmi d’autres éléments de récupération qu’il m’arrive d’utiliser dans mes assemblages. Elle sera promue à un autre avenir mais je ne sais pas encore lequel.

Quelques contemporains de Line vautrin

Jean Després (1889-1980) : joaillier et orfèvre français, c’était un contemporain de Line Vautrin. Il était connu pour ses créations modernistes, notamment des bijoux en argent aux formes géométriques audacieuses.

Jean Fouquet (1899-1984) : créateur de bijoux avant-gardistes avec des matériaux tels que l’ébène, l’argent, l’or blanc et l’acier chromé. L’artiste adopte le style Art Déco caractérisé par ses formes géométriques.

Paul Brandt (1883-1952) : c’est un artiste suisse emblématique des années 20, qui a eu une formation éclectique en arts appliqués. Il a commencé par créer des bijoux dans le style Art nouveau, puis a évolué vers l’Art Déco.

Gérard Sandoz (1902-1995) : ses créations essentiellement situées dans les années 20 s’inspirent de la mécanique, de la vitesse et de la machine (c’est l’époque du mouvement futuriste). Il travaille avec des matières peu onéreuses comme la laque, l’onyx, le corail, la citrine, l’améthyste.

Raymond Templier (1891-1968) : un autre joaillier français majeur du XXe siècle qui a marqué l’Art Déco avec des créations géométriques et épurées.

Jeanne Poiret Boivin : cette femme d’affaire reprit la direction de la maison de joaillerie de son mari décédé en 1931 et recruta la jeune styliste Suzanne Belperron. Sous l’influence de Suzanne, la Maison prend un virage significatif en abandonnant les codes géométriques de l’Art Déco au profit de formes naturalistes inspirées des coquillage, étoile de mer, fauves etc.